Adam Troy Castro- Emissaires des morts

Mon avis

À nouveau en dehors de ma zone de confort et à nouveau je suis très agréablement surprise..
Si je n’ai pas toujours facile à m’approprier ce genre de lecture, au terme de celle-ci je ne peux que constater que ces mondes imaginaires me donnent à chaque fois le vertige..
Tout est permis, aucune de ces fictions ne se rattache à une réalité du quotidien et étonnamment l’esprit à cette facilité à s’envoler vers d’autres lieux totalement inédits.
Et donc comme toute addiction je n’ai qu’une envie; réitérer..

Pour le coup Émissaires des morts est une version policière très Agatha Christie mais des temps modernes..
En effet la construction narrative s’y apparente fortement avec une miss Marple ou un Hercule Poirot au féminin qu’on retrouve dans les agissements de notre héroïne Andrea Cort tout le long de ses enquêtes.. Elle constate les faits, elle interroge, elle soupçonne et elle conclut avec une tirade finale brillantissime.
Quatre nouvelles donc et un roman dans l’ordre chronologique de l’histoire de Andrea construisent ce gros bébé de 700 pages.
On s’attache au fur à mesure au personnage et on s’approprie cet univers impressionnant où se côtoient humains et extraterrestres en tout genre.
Ça donne cinq enquêtes policières, certes à trame identique et classique, mais enrichie d’un univers tout aussi complexe que passionnant. Toute l’imagination débordante de l’auteur au service des récits est impressionnante.

A nouveau conquise par le genre je ne manquerai certainement pas de lire le deuxième tome La troisième griffe de Dieu.

Quatrième de couverture

Quand elle avait huit ans, Andrea Cort a été témoin d’un génocide. Pis, après avoir vu ses parents massacrés, elle a rendu coup pour coup. En punition de ses crimes, elle est devenue la propriété perpétuelle du Corps diplomatique. Où, les années passant, elle a embrassé la carrière d’avocate, puis d’enquêtrice pour le bureau du procureur. Envoyée dans un habitat artificiel aussi inhospitalier qu’isolé, où deux meurtres viennent d’être commis, la jeune femme doit résoudre l’affaire sans créer d’incident diplomatique avec les intelligences artificielles propriétaires des lieux. Pour ses supérieurs, peu importe quel coupable sera désigné. Mais les leçons qu’Andrea a apprises enfant ont forgé l’adulte qu’elle est devenue : une femme pour le moins inflexible, qui ne vit que pour une chose, « combattre les monstres ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s