Fiona Cummins- L’ossuaire

Mon avis

▪️Polar très British, L’ossuaire de Fiona Cummins se lira absolument après Le Collectionneur.
Sans le premier opus vous perdez tout l’intérêt du deuxième tome.

Retour de l’ambiance glauque et froide de Londres.
Retour d’un espace temps décortiqué minutieusement et d’un je ne sais quoi qui vous glace le sang tout le long de la lecture; milieu social difficile, maladie, tristesse, dépression, et même une météo qui ne s’arrange pas ..
Tout est mis en œuvre par l’auteur pour vous plonger dans les abysses noirs de la ville mais aussi du genre humain.
Tous les protagonistes sont torturés et aux prises avec leurs démons ..
Aucune lueur dans un tunnel qui semble tellement sombre et qui le restera !
Et pourtant on s’attache aux personnages, on compatit.
Tous ces enfants rongés par leur maladie osseuse qui se battent et veulent garder espoir.
J’ai même éprouvé de l’empathie pour ce petit garçon qui deviendra le « collectionneur » qui a tant terrifié Londres..
La petite flamme n’est-elle pas dans le cœur de chaque enfant ? Faut-il encore qu’il puisse la conserver avec toute leur innocence ..
Fiona Cummins à cette particularité; offrir un livre noir mais sensible.. avec étonnement un psychopathe très charismatique dont on va comprendre le pourquoi et le comment ..

Alors ai-je aimé le livre ?
J’ai difficile à prendre position,  il était juste une suite logique du premier opus qui m’a permis une replongée dans l’ambiance très particulière et d’y trouver des réponses.
Un livre dont les images se sont imprimées dans mon esprit en noir et blanc .. je n’ai pu y placer aucune couleur sauf peut-être pour cette petite maman qui cache dans son panier un petit lapin …
Lu au soleil et au bord de plage je cherchais plus de légèreté .. Ce n’était peut être pas la bonne lecture du moment pour l’apprécier totalement.

Si vous avez aimé le premier tome, à lire sans hésitation.
Si vous avez envie découvrir cette duologie, je vous renvoie via mon blog à mon premier avis sur le premier opus.▪️

Quatrième de couverture

Cela fait cent jours que la petite Clara Foyle, cinq ans, a été enlevée sur le chemin de l’école. Clara est atteinte d’ectrodactylie, une maladie également appelée syndrome des mains en » pince de crabe « . Le principal suspect, Brian Howley, surnommé » Le boucher de Bromley « , est toujours en fuite, après avoir échappé à la surveillance de la police.

Jakey Frith, six ans, a aussi été la victime de Howley. Lui souffre du terrible syndrome de » l’homme de pierre » : une maladie génétique responsable du dédoublement de ses cartilages. Il a été secouru dans la maison des Howley quelques instants seulement avant que celle-ci ne soit détruite par un incendie. Hélas, malgré la tenacité de l’inspectrice Ella Fitzroy, Clara Foyle demeure introuvable. Une terrible chasse à l’homme commence.

Avec son style au scalpel, Fiona Cummins dissèque l’âme du psychopathe, nous plonge dans l’attente des familles et questionne nos responsabilités.

Note sur l’auteur

Fiona Cummins est une ancienne journaliste du ‘Daily Mirror’.

Elle vit dans l’Essex (Royaume-Uni) avec sa famille. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s