Robert Pobi- Les innocents

Mon avis

▪️Deuxième roman de Robert Pobi et mêmes constats que ma première lecture City of Windows ; des personnages attachants, une plume incisive et un zeste rocambolesque sur les dernières pages …▪️

▪️New York sous une canicule persistante…
D’un tempérament impétueux, souvent borderline, Alexandra Hemingway, inspectrice à la section des homicides violents à New York, a l’habitude des enquêtes difficiles. Totalement impliquée dans son métier, elle n’hésite pas à prendre tous les risques. Son visage, refait, marqué par de multiples cicatrices, est là pour le prouver.
Le jour où l’on retrouve dans l’East river le corps d’un enfant dont les pieds ont été sectionnés, l’affaire s’annonce particulièrement délicate..▪️

▪️Robert Pobi utilise toutes les ficelles du genre, ni trop ni trop peu, mais avec un professionnalisme qu’il convient de saluer.
L’auteur met en place une course contre la montre qui semble, au regard de l’enchainement des découvertes macabres, perdue d’avance…

L’intrigue a ce côté addictif tant apprécié qui est accentué par des chapitres très courts, une écriture ciselée qui pousse inexorablement le lecteur à avancer dans cette aventure cauchemardesque !
La perspicacité et la volonté farouche de Hemingway l’inspectrice plaisent aux lecteurs.
Pobi arrive à créer ainsi une ambiance lourde accentuée par la canicule qui emprisonne New York et la rapidité des meurtres toujours plus sinistres.

Le bémol sera une fin un peu trop rocambolesque, brutale et qui souffre cruellement d’un manque d’épaisseur.
En l’espace de quelques pages l’auteur nous boucle l’affaire.
Attachés aux personnages, nous en saurons au final très peu sur leur devenir …

Lisant les livres de l’auteur dans l’ordre inverse de parution il me reste L’invisible que je ne manquerai certainement pas .. .
Après lecture de deux de ses romans la question que je me pose ; Robert Pobi utilisant les mêmes ficelles saura-t-il à l’avenir se renouveler ?▪️

Quatrième de couverture

D’un tempérament impétueux, souvent borderline, Alexandra Hemingway, inspectrice à la section des homicides violents à New York, a l’habitude des enquêtes difficiles. Totalement impliquée dans son métier, elle n’hésite pas à prendre tous les risques. Son visage, refait, marqué par de multiples cicatrices, est là pour le prouver. Le jour où l’on retrouve dans l’East river le corps d’un enfant dont les pieds ont été sectionnés, l’affaire s’annonce particulièrement délicate. D’autant plus que la presse n’hésite pas à consacrer ses gros titres à ce genre de meurtre et à venir perturber les investigations. Lorsqu’un autre enfant est enlevé, la panique gagne Manhattan. Panique d’autant plus justifiée que le prédateur à l’œuvre est l’une des figures du mal les pires qui soient. Habituée aux noirceurs les plus effroyables de l’âme humaine, Alexandra pensait avoir tout vu. Elle n’avait pas connu le pire.

Après L’Invisible (Sonatine Éditions, 2012), Robert Pobi nous offre un nouveau thriller cauchemardesque parfaitement ciselé.

Note sur l’auteur

Inlassable voyageur, Robert Pobi est un écrivain canadien. Il a travaillé dans le monde des antiquités avant d’écrire son premier roman L’Invisible (2012), suivi de Les Innocents (2015), tous deux publiés chez Sonatine Éditions.
Ses romans sont traduits dans plus de quinze pays. Durant son temps libre, il pêche, se passionne pour l’art américain du XXe siècle et écoute Motörhead.

L’invisible (Bloodman, 2012) est son premier roman.

Il vit à Montréal. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s