Camilla Grebe- Le journal de ma disparition

Mon avis

▪️Une auteure nordique qui se révèle une des meilleures … Ambiance glaciale, intrigue bien ficelée et ce quelque chose qui capte l’attention du lecteur…
.
▪️Il y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.

Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt ..
.
▪️ Côté ambiance c’est une réussite ; l’auteure prend le temps de placer le contexte; hiver sombre, neige, froid, tout est au rendez-vous ! Village isolé comme perdu du reste du monde où tous les autochtones se connaissent. Etre né à Ormberg et vivre à Ormberg se gravent dans vos chairs, au plus profond, et il est alors très difficile de quitter cette petite communauté….
.
Ce qui m’a aussi particulièrement plu dans ce deuxième opus c’est que en plus d’être un polar très efficace qui multiplie les rebondissements jusqu’au twist final particulièrement inattendu, l’auteur met en exergue une population fragilisée par la perte de l’industrie de la ville, le désespoir d’une population sans emploi et l’arrivée de réfugiés qui dans ces conditions difficiles poussent à la xénophobie .
En mettant le doigt sur cette problématique ambiante qui gangrène pas mal de sociétés, l’auteure essaye de transmettre un message de tolérance à travers son histoire .
.
▪️Exit le thriller qui se vit à 100 à l’heure ici l’auteur privilégie cette lenteur bien connue du thriller nordique afin de vous imprégner du contexte social.
L’auteur le fait bien mais cela ne plaira pas à tout le monde ..
Plus mitigée à cause de la part trop rocambolesque lors de son premier opus j’ai été ici étonnement conquise .. Les deux autres dont un petit dernier très récent suivront très certainement.

Quatrième de couverture

Il y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.

Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt.

Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné…

Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

De sa plume fluide et au gré de rebondissements imprévisibles, Camilla Grebe nous offre un nouvel opus étourdissant où les secrets enfouis et les différentes intrigues s’entrelacent magistralement. Une lecture à couper le souffle.

Note sur l’auteur

Camilla Grebe est une romancière suédoise.
Titulaire d’un master en administration des affaires (MBA) de Handelshögskolan i Stockholm, une école de commerce, elle fonde la maison d’éditions Storyside, spécialisée dans le livre audio. Elle y cumule les fonctions de directrice du marketing et de directrice générale, puis dirige une société de conseil.
En 2009, elle écrit, en collaboration avec sa sœur Åsa Träff (1970), psychiatre spécialisée dans les troubles neuropsychiatriques et de l’anxiété, « Ça aurait pu être le paradis » (Någon sorts frid), un roman policier qui se déroule dans le milieu des cliniques psychiatriques. Avec ce roman elles sont saluées comme les nouvelles voix du polar scandinve.
En 2015, elle a publié « Un cri sous la glace » (Älskaren från huvudkontoret), son premier roman en solo. Elle enchainera avec « Le Journal de ma disparition » (« Husdjuret », 2017) puis « L’Ombre de la baleine » (« Dvalan », 2018). 
Avant, elle a écrit cinq polars avec sa sœur, et trois autres avec l’un de ses amis, Paul Leander-Engström.

Elle vit à Stockholm.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s