Olivier Bal – L’affaire Clara Miller

Mon avis

▪️Voilà un tournant bien amené de la part Olivier Bal avec ce troisième opus..
Exit le fantastique pour un roman bien ancré dans la réalité et à mon sens c’est une belle réussite..
.
▪️Le cadavre d’une jeune fille est remonté, comme celui de Clara Miller, à la surface de l’eau.
Il y en aura six au total.
Là-bas, dans les forêts du New Hampshire, le lieu maudit porte un nom : le lac aux suicidées.

Clara Miller était journaliste.
Comme Paul Green qui débarque sur l’affaire et ne croit pas un instant à la thèse du suicide.
.
▪️ Comme toile de fond, le monde du showbiz des années 90, les stars, le fric, la drogue mais aussi le monde des journalistes style paparazzis…
En toute honnêteté ce monde de paillettes ne m’intéressent pas .. la frivolité et le strass du monde des stars me laissent généralement de glace.
.
Mais Olivier Bal va réussir un tour de force ; me captiver pour ses personnages, dont l’un n’est pas sans rappeler une star mondialement connue.
Durant 500 pages l’auteur va construire non pas son intrigue, dont on connaît très rapidement les tenants et aboutissants, mais ses personnages… et quels personnages!
La célébrité a un prix. Ou du moins un revers de médaille..
Olivier Bal nous propulse dans l’envers du décor et arrive à susciter l’émotion du lecteur.
Construire un mythe est un art, le garder intact est tout simplement impossible..
Mais qu’y a-t-il derrière ces vies si peu singulières?
Le pourquoi prend la place du comment.. le contexte et les relations humaines prennent toute leur importance et c’est là toute la réussite du roman! Bravo!
.
▪️La construction narrative fait des aller-retours dans les trois phases temporelles, présent, passé et futur ..le passé rattrapant au fil des pages le présent, le présent rattrapant quant à lui le futur.. C’est captivant..
D’autant plus que le roman est construit avec plusieurs voix; les narrations successives et complémentaires axées sur la vie des protagonistes tissent la toile et mettent ainsi en lumière toute  l’intrigue ..Voilà un roman choral, un exercice de style bien réussi.


▪️A travers ce roman noir Olivier Bal ose se renouveler et le fait bien.
J’ai passé un agréable moment lecture que je ne peux que vous conseiller.

Quatrième de couverture

Son cadavre est remonté, comme celui d’autres femmes, à la surface de l’eau. Six au total… Là-bas, dans les forêts du New Hampshire, le lieu maudit porte un nom : le lac aux suicidées.
Clara Miller était journaliste. Comme Paul Green, le reporter du Globe qui débarque sur l’affaire. Il avait connu Clara étudiante, et ne croit pas un instant à la thèse du suicide.
Un homme l’intrigue : Mike Stilth, l’immense rock star retranchée à quelques kilomètres de là, à Lost Lakes, dans un manoir transformé en forteresse.
L’artiste y vit entouré d’une poignée de fidèles, dont Joan Harlow, redoutable attachée de presse qui veille sur son intimité et se bat comme une lionne dès que l’empire Stilth est attaqué.

Mais Paul, lui, a tout son temps. Dans sa vieille Ford déglinguée, il tourne inlassablement autour du domaine. Avec cette question : et si, du manoir, la route menait directement au lac?


Note sur l’auteur

Olivier Bal, né le 16/01/1979 à Paris, est un écrivain français, auteur de polar et de thriller.
Il a été journaliste pendant une quinzaine d’années puis rédacteur en chef de Jeux vidéo Magazine, magazine leader dans le domaine du jeu vidéo jusqu’en février 2017. Depuis, il se consacre pleinement à l’écriture.

« Les Limbes » (2015) est son premier roman.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s