Stephen King- L’institut

Mon avis

Et non, définitivement ça ne l’a pas fait avec moi !
📚
Je ne suis ni une spécialiste, ni une fan inconditionnelle du King .. ça reste des lectures ponctuelles afin de changer de style ou de m’ouvrir à d’autres horizons.
Mais pour le coup je suis passée complètement à côté….Dès le début de ma lecture je me suis très vite perdue en chemin et si j’ai espéré que le King me rattrape sur les 200 dernières pages …,force est de constater que non.
Seules les cinquante dernières pages ont eu toute mon attention .. Je ne vais pas tourner autour du pot ; ce fut donc 600 pages d’ennui ! Bien triste pour moi …
📚
Si l’intrigue est pertinente, et si oui comme dans beaucoup de ses romans Stephen King prend le temps de placer les protagonistes et les différentes pièces de son puzzle, j’ai trouvé que c’était tellement simpliste ou bon enfant … Le sujet est certes interpellant et grave mais traité avec tellement de bonhomie..Dialogues, réflexions, attitudes, et même certaines scènes dites de torture sont d’une naïveté surprenante.. Le King nous offre généralement bien plus ! On est loin de l’épouvante ou des stress dont l’auteur nous a habitués! N’espérez donc pas être surpris ou même effrayé… « Des méchants » et « des gentils » il y en a, mais très caricaturaux et tous, tellement prévisibles…
📚
Bref j’avais comme l’impression de lire un livre écrit pour des jeunes adultes aussi bien dans sa conception, sa progression que dans son écriture.
Le thème final et les dernières pages portent à réflexion mais pour les 550 pages précédentes je suis restée perplexe face à la candeur du récit et du texte ..
Vous l’avez compris; pas pour moi !.Ne me lynchez pas chers amis addicts de l’auteur .. c’est juste mon ressenti et que mon ressenti .. 😀
Un dernier né qui plaira peut-être à beaucoup d’entre vous et laissons à l’auteur ce qui est incontestable ; Stephen King, du haut de ses 72 printemps est, et restera un conteur-né.

Quatrième de couverture

Bienvenue à l’Institut.
Quand les enfants y entrent, ils n’en sortent plus.
Au cœur de la nuit, à Minneapolis, des intrus pénètrent
dans la maison de Luke Ellis, jeune surdoué de 12 ans, tuent ses parents et le kidnappent.

Luke se réveille à l’Institut, dans une chambre semblable à la sienne, sauf qu’elle n’a pas de fenêtre. Dans le couloir, d’autres portes cachent d’autres enfants, dotés comme lui de pouvoirs psychiques.
Que font-ils là ? Qu’attend-on d’eux ? Et pourquoi aucun de ces enfants ne cherche-t-il à s’enfuir ? 

Aussi angoissant que Charlie, d’une puissance d’évocation égale à Ça, L’Institut nous entraîne dans un monde totalitaire… qui ressemble étrangement au nôtre. Le nouveau chef-d’œuvre de Stephen King.

Note sur l’auteur

Stephen Edwin King est un écrivain Americain.

Après avoir obtenu son diplôme de fin d’études secondaires, il étudie la littérature à l’Université du Maine d’Orono de 1966 à 1970.

Il a publié « Carrie », son premier roman, en 1974 et est rapidement devenu célèbre pour ses contributions dans le domaine de l’horreur mais a également écrit des livres relevant d’autres genres comme le fantastique, la fantasy, la science-fiction et le roman policier. Parmi ses romans les plus connus, figurent « Shining » (1977), « Misery » (1987), « Christine » (1984), « Ça » (1988) ou encore « La Ligne Verte (1996).

Auteur très prolifique, dont les œuvres ont souvent été transposées au cinéma et à la télévision, il a écrit et publié plus de cinquante romans, dont sept sous le pseudonyme de Richard Bachman, et environ deux cents nouvelles. Il a également écrit, sous le pseudonyme de John Swithen, la nouvelle « Le Cinquième Quart » (1972). 

Depuis son grave accident de voiture survenu en 1999,il a un peu ralenti son rythme d’écriture.

Entre 1982 et 2012, il a publié les huit romans du cycle « La Tour sombre ». 

En 2003, il reçoit la médaille de la National Book Foundation pour sa contribution à la littérature américaine et, en 2007, l’association des auteurs de romans policiers américains, Mystery Writers of America, lui décerne le titre de « grand master ». Il a remporté treize fois le prix Bram Stoker. 

Ses derniers romans sont « 22/11/63 » (2011) (dont une mini-série a été adaptée en 2016), « Joyland » (2013), l’histoire d’un tueur en série sévissant dans les parcs d’attractions, et « Docteur Sleep » (2013), la suite tant attendue de « Shining », les livres de la trilogie Bill Hodges dont « Mr Mercedes » (2014) et ses suites  »Carnets noirs » (2015) et « Fin de ronde » (2016), font partie, ainsi que « L’Outsider » ( 2019 ). 

En 2017, il a publié « Sleeping Beauties », livre écrit à 4 mains avec son fils Owen .

Stephen King vit avec sa femme, l’écrivain Tabitha King (1949), qu’il a épousée le 2 janvier 1971. Ils ont trois enfants : Naomi (1971), Joe (1972) et Owen (1977), les deux derniers étant également écrivains.

site officiel : http://stephenking.com/
Twitter : https://twitter.com/stephenking

Le Club Stephen King est la première communauté francophone autour de l’auteur, existant depuis 1992 : https://club-stephenking.fr/ 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s