Ruth Ware- La mort de Mrs Westaway

Mon avis

Première lecture de l’auteur me concernant.
Thriller domestique qui aborde avec un petit air british très plaisant le thème des secrets de famille…
Même si le synopsis de départ est attrayant et suffit à susciter l’envie, hélas très vite le récit souffre d’un manque d’originalité et tourne un peu en rond.
Secrets, mensonges et trahisons sont distillés progressivement, titillent la curiosité mais restent assez prévisibles.. Ils ne m’ont personnellement pas tenu en haleine ..
L’ennui s’est vite installé pour ma part et j’ai péniblement tourné les dernières pages jusqu’au mot fin … enfin soulagée.
Vous l’avez compris absolument pas mon style de lecture.
Cependant l’écriture est fluide et agréable, les personnages sont attachants et l’ambiance anglaise des manoirs sur fond de temps pluvieux et froid est bien au rendez-vous. Un roman thriller calme que je qualifie de thriller canapé qui se lit sans stress, sans tension ..
Un livre qui peut franchement plaire à beaucoup d’entre vous mais qui pour ma part me laisse avec un goût amer de déjà lu..

Quatrième de couverture

Chaque famille a ses secrets. Certains méritent un meurtre.
Lorsque Harriet Westaway reçoit un courrier lui annonçant un héritage conséquent provenant de sa grand-mère, cela semble être la réponse inespérée à tous ses problèmes.
En effet, Harriet doit de l’argent, beaucoup d’argent, emprunté à un usurier sans scrupules, et cela risque fort de mettre sa vie en danger. Seul souci : ses grands-parents sont décédés vingt ans auparavant, et elle ne les a même jamais connus. La lettre a donc été adressée à la mauvaise personne.
Mais Harriet qui gagne sa vie en tirant les cartes pour prédire l’avenir n’est plus à une affabulation près.
Et ce coup du sort pourrait enfin tout résoudre sauf si le hasard en décide autrement…

Note sur l’auteur

Ruth Ware est auteure de romans policiers.

Elle a étudié l’anglais à l’Université de Manchester et a été professeur d’anglais langue étrangère à Paris, avant de revenir s’installer en Angleterre.

Elle a exercé différents métiers (serveuse, libraire), avant de se consacrer à l’écriture.

Dès son premier roman, « Promenez-vous dans les bois… » (« In a Dark, Dark Wood », 2015) – traduit dans plus de quarante langues et en cours d’adaptation cinématographique -, elle s’impose parmi les reines du suspense psychologique, ce que confirme son deuxième livre, « La disparue de la cabine n° 10 », (« The Woman in Cabin 10 », 2016), n°1 sur la liste des meilleures ventes du New York Times.

Elle a écrit aussi de livres jeunesse sous le nom de Ruth Warburton.




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s