Johana Gustawsson- Sång

Mon avis


D’entrée de jeu il m’a moins plu que les deux précédents ….
Cependant lire Johana Gustawsson c’est lire comme un polar-fraîcheur … Attention les sujets choisis sont pourtant brûlants mais traités par l’auteur avec tellement d’humilité et d’empathie que derrière l’horreur se profile toujours la perspective d’un monde meilleur et de personnes au grand coeur …

Troisième tome des enquêtes d’Emily Roy, profileuse à Scotland Yard et d’Alexis Castells romancière de polar.
En Suède, la famille d’Aliénor Lindbergh, une jeune autiste Asperger récemment entrée comme analyste est massacrée dans sa luxueuse demeure. Avec son amie Alexis, Emily Roy rejoint sa protégée à Falkenberg, où l’équipe du commissaire Bergström mène l’enquête.
Ensemble, elles remontent la piste du tueur jusqu’à la guerre civile espagnole, à la fin des années 1930, lorsque le dictateur Franco réduisit toute résistance au silence, dans le sang.  

Sång est, comme ses prédécesseurs, une histoire qui se décline sur différents niveaux. Elle est rythmée par des sauts dans le temps et l’espace, vers une partie de l’Histoire; ici, l’Espagne franquiste et toutes les horreurs qui l’accompagnent.
Un goût de sang certain mais aussi de sång, cette chanson qui tourne en boucle ….
Encore une fois avec beaucoup de modestie, des mots justes, soigneusement choisi, des sujets graves sont très bien décrits par Johana. Elle a ce don d’allumer dans la tourmente des faits abordés une lueur d’espoir. Pas de violence gratuite juste le nécessaire pour donner le ton… On s’attache aussi très vite aux protagonistes qu’elle rend terriblement humains…
En parallèle Johana nous parle de toutes les difficultés et la souffrance vécues par les couples lors des FIV … thématique tout aussi difficile à aborder mais que l’auteur traite avec brio.
La cadence infernale des chapitres très courts donnent de l’impulsion au roman et ne vous laisse que très peu de répit. Les pages se tournent d’elles-mêmes.

Bémol pour ma part les rebondissements tardent un peu. Il faut en effet attendre la moitié du roman, pourtant assez court…
Pour le twist final j’y ai trouvé trop de coïncidences à mon goût et un tantinet trop rocambolesque ! …
Le livre une fois fermé il m’a semblé que dans son ensemble l’intrigue souffrait d’un manque de pep’s et que Johana avait peut -être usé d’un peu trop de ficelles habituelles …
Cependant point positif, ce petit coté vie à la Suédoise … genre certes enlever son manteau mais aussi ses chaussures!
Moi qui aime garder une maison propre hihi .. j’adore.

Quatrième de couverture

Par l’auteure de Block 46, traduit dans 20 pays
[Sång] : nom fém. En suédois, signifie « chanson ».

En Suède, une famille est massacrée dans sa luxueuse demeure. Ce terrible fait divers rappelle sur ses terres Aliénor Lindbergh, une jeune autiste Asperger récemment entrée comme analyste à Scotland Yard : ce sont ses parents qui ont été assassinés.

Avec son amie Alexis Castells, une écrivaine spécialisée dans les crimes en série, la profileuse Emily Roy rejoint sa protégée à Falkenberg, où l’équipe du commissaire Bergström mène l’enquête. Ensemble, elles remontent la piste du tueur jusqu’à la guerre civile espagnole, à la fin des années 1930, lorsque le dictateur Franco réduisit toute résistance au silence, dans le sang.

Note sur l’auteur

Française d’origine catalane, diplômée de sciences politiques et fascinée par les liens familiaux, Johana Gustawsson vit à Londres avec son mari suédois et leurs enfants. Ses romans Block 46 et Mör, disponibles dans plus de 20 pays, sont en cours d’adaptation en série TV sous la direction d’Alexandra Lamy. Ils mettent en scène un duo d’enquêtrices atypique, formé par la froide et ténébreuse Emily Roy, profileuse canadienne détachée à Scotland Yard, et l’écrivaine de true crime Alexis Castells. Dans Block 46, Emily et Alexis plongent au cœur de la folie meurtrière et ravivent la mémoire de la Shoah. Mör, leur deuxième enquête, remonte aux racines d’un autre mal, nourri dans l’ombre de Jack l’Éventreur. Avec Sång, elles suivent la piste d’un tueur jusqu’à la guerre civile espagnole et les terribles orphelinats de la peur. 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s