Roy Braverman- Crow

Mon avis

Même si l’intrigue est moins prenante que dans le premier tome Hunter, j’ai toujours beaucoup de plaisir à retrouver la plume de Roy Braverman (pseudonyme de Ian Manook ou encore Patrick Manoukian), un passionné des grands espaces et de la vie sauvage.
Loin de la frénésie des grandes villes, ses romans et ses intrigues transpirent cet amour inconditionnel des voyages qui enrichissent ses polars et les rendent uniques dans leur genre …. Un auteur qui vous fait incontestablement voyager!
Ici direction l’Alaska …

Une chasse à l’homme commence par l’arrivée en Alaska d’un couple de jeunes voyageurs innocents.
Acceptant de suivre un inconnu leur promettant une visite inoubliable du territoire, ils connaissent une issue fatale. Elle, en robe de mariée, un corbeau dans le ventre, et lui, plaqué à un arbre par un tir d’arbalète … les signatures des crimes de deux tueurs Hunter et Crow…
En Alaska, c’est la consternation, et entre les ours et les loups qui rôdent, la quête s’amorce.

Avec l’auteur, les territoires sauvages de ses romans deviennent un personnage à part entière bien souvent tout aussi dangereux. Il faut composer avec des contrées aux paysages certes magnifiques mais aussi hostiles ( ravines, montagnes , froid mais aussi loups, ours et … )
Les hommes et femmes aux caractères bien trempés ne sont pas en reste. Non dépourvus d’humour, au langage bien tapé ils sont façonnés par cette environnement ….seul le flic du FBI de Quantico aux pompes bien cirées fait tache ! On trouvera ici une série de personnages féminins particulièrement étonnants au milieu du troupeau de mâles hébétés qui les entoure. Fortes, solides et entêtées,  je les ai adorées.

Lire Ian Manook c’est s’imprégner de la partie la plus sauvage d’une contrée . Faune , flore et grands espaces au détour des chapitres pour le plus grand plaisir des amoureux d’une nature vraie…. On peut presque oublier la violence des hommes pourtant bien présente dans ses romans et encore une fois si le pari de l’auteur est de nous enseigner que le fusil est loin d’être la solution finale, c’est parfaitement réussi.
Un livre que je recommande mais de préférence après le lecture du premier tome Hunter.

Quatrième de couverture


Hunter et Crow, deux fugitifs accusés de crimes odieux, décident de se soumettre d’eux-mêmes à l’esprit de la loi en s’isolant au cœur des Brooks Range. Mais les flics locaux et le FBI, dont l’obsession est d’appliquer la loi à la lettre, les laisseront-ils faire ? L’obstination d’un ex-agent du FBI, devenu sérial killer pour l’occasion, déclenche une chasse à l’homme haletante et sans pitié à travers les paysages sauvages de l’Alaska. Une terre rude et immense où tout chasseur devient un jour la proie de quelqu’un d’autre.
Tour à tour chassés ou chasseurs, Hunter et Crow vont poursuivre, croiser ou fuir une shérif amoureuse d’un orignal, une agent spéciale du FBI surnommée Fiasco suite à l’échec de sa dernière mission, une trappeur romantique qui ne craint ni les loups ni les ours, un collecteur de dettes arménien et mélomane, un gang de rednecks qui carbure à la bière locale, un pilote de brousse hippie fan de Jefferson Airplane… Tout ça pour sauver sa peau, appliquer la loi ou mettre la main sur un butin de plus d’un million de dollars. Voire les trois à la fois !

Note sur l’auteur


Patrick Manoukian est un journaliste, éditeur et écrivain.
Il a écrit sous les pseudonymes de Manook, Paul Eyghar, Ian Manook et Roy Braverman.
Grand voyageur, dès l’âge de 16 ans, il parcourt les États-Unis et le Canada, pendant 2 ans, sur 40 000 km en autostop. Après des études en droit européen et en sciences politiques à la Sorbonne, puis de journalisme à l’Institut Français de Presse, il entreprend un grand voyage en Islande et au Belize, pendant quatorze mois, puis au Brésil où il séjournera treize mois de plus.

De retour en France au milieu des années 1970, il devient journaliste indépendant et collabore à Vacances Magazine et Partir, ainsi qu’à la rubrique tourisme du Figaro. Journaliste à Télémagazine et Top Télé, il anime également des rubriques « voyage » auprès de Patrice Laffont sur Antenne 2 et de Gérard Klein sur Europe 1. Il devient ensuite rédacteur en chef des éditions Télé Guide pour lesquelles il édite, en plus de leur hebdomadaire, tous les titres jeunesse dérivés des programmes télévisés : Goldorak, Candy, Ulysse 31. Patrick Manoukian écrit en 1978 pour les éditions Beauval deux récits de voyage : « D’Islande en Belize » et « Pantanal ». 

En 1987, il crée deux sociétés : Manook, agence d’édition spécialisée dans la communication autour du voyage, et les Éditions de Tournon qui prolongent son activité d’éditeur pour la jeunesse (Denver, Tortues Ninja, Beverly Hill, X-Files…).

De 2003 à 2011, sous le pseudonyme de Manook, il signe les scenarios de plusieurs bandes dessinées humoristiques aux éditions Semic et Hugo & Cie. Son roman pour la jeunesse « Les Bertignac : L’homme à l’œil de diamant » (2011), signé sous le nom de Paul Eyghar, obtient le Prix Gulli 2012. 

En 2013, il signe du pseudonyme de Ian Manook un roman policier intitulé « Yeruldelgger ». Les aventures du commissaire mongol éponyme lui ont valu pas moins de seize prix dont le Prix SNCF du polar 2014. Lesdites aventures se poursuivent dans « Les Temps sauvages », paru en 2015 et récompensé par un nouveau prix et « La Mort nomade » (2016).

Son roman « Hunter », écrit cette fois sous le pseudonyme de Roy Braverman, est publié en 2018 aux éditions Hugo Thriller. « Crow » (2019) est le deuxième titre de la trilogie. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s