R.J. Ellory- Le Chant le l’assassin

Mon avis

Un énorme coup de coeur pour ce dernier-né de R.J. Ellory !
Incontestablement dans mon top cinq de l’année car quelle plume et quel conteur….
R.J. Ellory a ce don de vous embarquer dans ses intrigues et, une fois serré, tétanisé face à cette qualité narrative, complètement accro aux émotions, le coeur vibrant, il vous tient dans ses filets et plus moyen de lâcher prise…. vous tournez la dernière page l’âme en peine car vous souffrez déjà du manque et la dépression littéraire est à vos portes!
1972, Henry Quinn sort de trois ans de prison, son codétenu Evan Riggs, condamné à perpétuité pour meurtre, lui demande une faveur…..rechercher sa fille, Sarah, qu’il n’a jamais connue, pour lui remettre une lettre.
Une promesse est une promesse …..
Ce sera l’histoire d’une famille , d’une ville et de ce fil si ténu et fragile qui peut faire basculer une existence d’un coté ou de l’autre….Un récit somptueux orchestré d’une main de maître .
Dans la même lignée que Seul le silence , de manière magistrale R.J. Ellory nous plonge dans les méandres d’une relation familiale entre deux frères que tout unit mais que tout sépare. Amour, rivalité, destins … L’auteur manie sa plume avec beaucoup de précision pour nous dépeindre des tranches de vie qui nous touchent et nous bouleversent. Toute la magnificence de R.J. Ellory au service des émotions qui nous vont droit au coeur.
La justesse du ton, la psychologie fouillée des protagonistes, un rythme parfait et cette qualité incomparable de conteur sont le reflet d’une littérature fine, travaillée et sublime.
Je ne peux que vous conseiller ce dernier opus. Vous sortirez de votre lecture triste, heureux, bouleversé, ou que sais-je, mais pas indifférent…
Une plume, une construction narrative digne des plus grands le tout agrémenté d’une sensibilité peu commune…. A lire absolument !

Quatrième de couverture

Tout le monde a un secret.

1972. Condamné pour meurtre, derrière les barreaux depuis plus de vingt ans, Evan Riggs n’a jamais connu sa fille, Sarah, confiée dès sa naissance à une famille adoptive. Le jour où son compagnon de cellule, Henry Quinn, un jeune musicien, sort de prison, il lui demande de la retrouver pour lui donner une lettre. Lorsqu’Henry arrive à Calvary, au Texas, le frère de Riggs, shérif de la ville, lui affirme que la jeune femme a quitté la région depuis longtemps, et que personne ne sait ce qu’elle est devenue. Mais Henry s’entête. Il a fait une promesse, il ira jusqu’au bout. Il ignore qu’en réveillant ainsi les fantômes du passé, il va découvrir un secret que les habitants de Calvary sont prêts à tout pour ne pas voir divulguer.

Avec ce retour aux sources qui évoque par bien des aspects Seul le silence, R. J. Ellory nous livre un roman magistral, d’une puissance émotionnelle rare. Un de ses plus humains, un de ses plus sombres aussi. 

Note sur l’auteur

Nationalité : Royaume-Uni 
Né(e) à : Birmingham , le 20/06/1965
Biographie : 

Roger Jon Ellory est un auteur anglais de romans policiers et de thrillers.

Il habite dans une maison avec sa mère, son frère d’un an son ainé et sa grand-mère. Il n’a jamais connu son père et son grand père est mort noyé en 1957. À la suite d’une épidémie, sa mère meurt d’une pneumonie foudroyante à 28 ans alors qu’il a à peine 7 ans. C’est sa grand-mère qui va l’élever seule. Mais elle a une santé fragile, et finalement décide de le placer en orphelinat avec son frère. Il y reste jusqu’à l’âge de 16 ans.
Il étudie la musique, joue de la trompette, dans le registre classique aussi bien que dans celui du jazz. Il fait des études d’arts, et étudie notamment la photographie.

À 16 ans, il abandonne ses études et retourne dans la maison familiale de Birmingham. Sa grand-mère décède et il se retrouve seul, avec son frère, jusqu’à être incarcéré à 17 ans pour un vol de poules. Une fois sa peine purgée, il se lance dans la musique. Il devient un temps guitariste du groupe de rock « The Manta Rays », avant de se tourner vers la photographie.

Il commence à écrire en 1987. Entre 1987 et 1993, R.J. Ellory écrit pas moins de vingt-deux romans, chacun lui valant des refus éditoriaux des deux côtés de l’Atlantique. Il devra attendre 2003 pour que son roman, « Candlemoth », soit publié. Et depuis, chaque année il publie un nouveau livre.

R.J. Ellory est lauréat du prix Nouvel Obs/BibliObs du roman noir 2009 pour « Seul le silence » (A Quiet Belief in Angels, 2007). 

Aujourd’hui il se consacre pleinement à son écriture et à la musique avec son groupe de blues, « The Whiskey Poets ». Son œuvre, populaire et plebiscitée notamment en France, est fortement ancrée aux États-Unis malgré les origines britanniques d’Ellory.



Une réflexion sur “R.J. Ellory- Le Chant le l’assassin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s